Des cartes lumineuses situent les actions dans leur environnement géographique. Sur la table centrale, maquettes et dioramas en montre des aspects particuliers.
Alentour la crypte, des murs reçoivent les plaques offertes par des associations nationales qui souhaitent commémorer plus particulièrement toutes les catégories de combattants ou certaines d'entre elles.
Le mémorial a été inauguré le 16 février 1993 par M.Mitterrand, président de la République.
Ultérieurement, d'autres opérations sont venues compléter cet ensemble.

Le lieu cultuel

Afin que la dimension spirituelle qui se retrouve dans les cimetières nationaux ne soit pas oubliée, un espace cultuel a été aménagé.

page11a.jpg (24615 octets)
Le lieu cultuel (Photo DMIH - Rouzaud)

Il ne s'agit pas d'un bâtiment où se dérouleraient des cérémonies religieuses, mais d'un lieu de prière personnelle, où le visiteur, sur son parcours, trouve un abri dans lequel l'association de la pierre, du métal et d végétal, crée un environnement propice au repos et au recueillement.

Quatre secteurs y sont délimités, correspondant aux grandes religions que pratiquaient les soldats en Indochine. Chacune d'entre elles est matérialisée par une stèle en métal, dans laquelle est incluse une pierre portant un symbole gravé, et sur laquelle est inscrit l'extrait d'un texte sacré de la religion concernée.
Visuellement, l'architecte a conçu ces quatre secteurs comme autant d'éléments à la fois ouverts - ouverture inté-
rieure, sur les autres religions et extérieure, sur le mémorial qui traduit le souvenir des défunts - et suffisamment clos pour que l'impression d'un certain isolement favorise chez le visiteur un temps de méditation.

Le mur du souvenir

Au centre de la nécropole, un mur porte les noms de militaires " Morts pour la France " en Indochine, dont les corps ne reposent pas à Fréjus(corps disparus au Viêt Nam ou rendus aux familles, en métropole).

Page10_2.jpg (19338 octets)

Précédent             Suite